Navigation – Plan du site

Habiter entre marginalité et invisibilité : les immigrés chinois en sous-location en banlieue parisienne

Juan Du

Résumé

Cet article présente une recherche pionnière sur l’habitat des immigrés chinois précaires ; il s’appuie sur une enquête dans un quartier populaire en banlieue parisienne, où l’on observe une forte concentration d’immigrés chinois. Cet article présente tout d’abord une description d’un quartier « excentré » et de ses habitants chinois, qui peuvent être classés en trois catégories. Parmi ces habitants chinois, il est fréquent qu’un seul appartement soit partagé par plusieurs personnes ou même plusieurs familles. Il existe une relation de pouvoir entre des « bailleurs », le plus souvent locataires officiels, et les « locataires », le plus souvent sous-locataires.
Ensuite, en comparant deux types d’habitants chinois, ceux qui vivent en famille et ceux qui vivent seuls, l’article montre que l’habitation à la marge n’est pas seulement une représentation spatiale d’un groupe d’immigrés en grande précarité socio-économique, elle participe elle-même à ce processus de marginalisation ; elle rend même les sous-locataires chinois « invisibles ». Enfin, il s’agit d’envisager les potentielles sorties de la précarité pour les sous-locataires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le logement, problème auquel font face les immigrés dès leur arrivée dans le pays d’accueil, et parfois même dans la préparation de leur entrée sur le territoire, accompagne l’ensemble de leur trajectoire migratoire. Néanmoins, les études sur le rapport entre les immigrés chinois et la ville sont assez rares, à l’exception des travaux de E. Ma Mung (MA MUNG et GUILLON 1986), A. Raulin (RAULIN 1988), N. Green (GREEN et OZTURK 1987) qui se concentrent sur l’économie ethnique dans les villes à forte immigration chinoise, et M. Guillon et I. Taboada-Leonetti sur le « Triangle de Choisy » (GUILLON et TABOADA-LEONETTI 1986). Cette absence est d’autant plus surprenante pour deux raisons. Premièrement, les immigrés se concentrent dans les métropoles. Ainsi, les villes, surtout l’espace d’habitation, représentent le théâtre où les immigrés ont leurs premiers contacts et interactions avec la société d’accueil. L’idée d’une « assimilation spatiale » (SAFI 2009), par laquelle les immigrés s’intègrent dans la société urbaine, occupe une place centrale dans le cadre théorique de l’École de Chicago. Deuxièmement, la littérature produite en France présente une multitude de recherches sur l’immigration et sur la ville, qui « sont deux thèmes sur lesquels se cristallise la crise sociale que traverse la France depuis le milieu des années 70 » (SIMON 1992, p. 45). Ces recherches n’étudient que rarement les groupes d’immigrés chinois. Elles sont surtout constituées d’études sociologiques sur les quartiers de logement social mais également sur les émeutes des banlieues, etc.

  • 1 Il existe néanmoins une exception concernant deux groupes professionnels, les commerçants chinois e (...)

2À la différence des immigrés qui viennent du Maghreb ou de l’Afrique subsaharienne, l’immigration chinoise ne se présente pas comme une concentration tangible dans le logement social. D’une façon plus générale, elle ne constitue pas un « problème social » dans les médias ou l’opinion publique, ni comme une « problématique » qui retient l’attention des chercheurs. Concernant le thème du logement, des recherches sur les quartiers chinois se focalisent sur les activités économiques ethniques dans un espace urbain, comme Belleville ou le « Triangle de Choisy », mais on y voit peu la silhouette des habitants chinois. En outre, par rapport aux immigrants maghrébins ou ceux venant de l’Afrique subsaharienne qui sont plus visibles dans les cités ou les foyers de travailleurs, les immigrants chinois ne se concentrent pas dans des logements sociaux, donc n’attirent pas l’attention des chercheurs sur la délinquance ou la dégradation d’un quartier immigré. En effet, le problème des émeutes urbaines ou de la délinquance des jeunes dans les quartiers de proche banlieue ne touche pas les immigrés chinois. Pour le dire autrement, le « succès » économique et éducatif entraîne les immigrés chinois dans une position discrète1. Mais en fait, cette discrétion est liée au mode d’habitat dans les quartiers, et a pour conséquence la faible attention des intellectuels français autour de ce phénomène marginal et même invisible.

3Ainsi, la recherche existante manque d’une perspective considérant les immigrés chinois comme « des habitants » ou « des gens qui vivent dans la ville ». Or, l’espace résidentiel est d’une importance capitale pour les immigrés. Tout d’abord, c’est le lieu d’abri dont ils ont besoin dès leur arrivée dans le pays d’accueil, et également le « théâtre » le plus important de leur vie quotidienne. Ensuite, en France, un pays où l’identité voire l’existence doit être attestée par toutes sortes de documents, une pièce justificative de domicile constitue l’un des aspects les plus importants de la trajectoire migratoire. Aussi, l’espace résidentiel peut servir en même temps comme espace éventuel de travail, surtout pour les immigrés précaires : cette transformation de l’utilisation de l’espace – du logement d’habitation à l’usage mixte travail-résidence – est parfois indispensable pour la survie des immigrants. Finalement, l’espace résidentiel est l’un des éléments les plus directs, les plus concrets de représentation de l’état économique et social des immigrés. La manière dont l’espace d’habitation est disposé reflète, dans une certaine mesure, les rapports intérieurs d’une famille, et surtout les rapports intergénérationnels entre les parents et les enfants.

4Les immigrés chinois, un groupe d’étrangers, voire d’étrangers parmi les étrangers, occupent une position de marginalité par rapport à la société française en général, y compris par rapport aux groupes d’immigrés « majoritaires », c’est-à-dire à la population d’immigrés d’origine maghrébine et subsaharienne, qui a connu une longue histoire de colonisation. Tout immigré connaît un problème de double identité, entre le pays de départ et le pays d’accueil. Mais les immigrés chinois, de par leur manque de visibilité dans la société française et par rapport aux autres groupes immigrés, qui ont un lien plus lointain entre la Chine et la France, s’affirment encore moins que les autres. La « marginalité » des immigrés entretient donc toujours un rapport intime avec la notion d’« intégration », la préoccupation la plus importante du pays d’accueil. Mais pour les immigrés chinois, cette marginalité ne se dit pas, et ne se fait pas entendre par la société d’accueil.

5L’« intégration », concept épineux et de nature fortement politique, est définie, même dans le glossaire du Haut conseil à l’intégration (HCI) avec hésitation. Il s’agit d’un terme dont « le sens n’est pas clair et fait souvent débat »2. Certains le caractérisent même de « concept en panne » (SIMON 1992, p. 46). Ici, l’article cherche moins à conceptualiser la notion d’intégration qu’à examiner les dynamiques d’intégration sociale d’un groupe ou d’un sous-groupe, à partir de la perspective de la ville et de l’espace, en vue de réexaminer, à partir d’une enquête ethnographique, ce concept politique imposé.

  • 3 A. Vant (sous la responsabilité de), Marginalité sociale, marginalité spatiale : colloque des 6, 7, (...)

6Le concept de « marginalité » trouve son origine dans les travaux de l’École de Chicago. Vers la fin des années 1920, R. E. Park a dépeint la figure de « l’homme marginal ». La « marginalité » apparaît ensuite dans les études scientifiques et les mouvements politiques latino-américains, pour désigner les groupes pauvres et misérables3. Ce discours sur la marge et la marginalité a commencé à apparaître en France à partir des années 70. Une dimension centrale de cette école théorique est l’espace. Les « marginaux » désignent les gens qui sont en dehors de la société, qui n’ont pas de ressources culturelles, économiques ou politiques, qui se trouvent en bas de l’échelle sociale, qui n’ont pas ou presque pas de relations sociales avec la société d’accueil et qui restent entre eux, c’est-à-dire dans la famille, la famille élargie ou la même communauté ethnique, dans les lieux marginaux tels que les villes de proche banlieue parisienne, comme c’est le cas dans mon enquête.

7Les recherches ont été réalisées à partir d’une enquête à Bagnolet en observation participante et à partir de nombreux entretiens avec des habitants chinois, depuis plus d’un an. Les entretiens ont été également réalisés avec les commerçants chinois du quartier, ainsi qu’avec le directeur de centre municipal social et culturel du quartier. Nous avons pu pénétrer dans leur espace résidentiel pour étudier leurs conditions d’habitat. Grâce au matériau récolté, l’article discute la marginalité des habitants chinois sur les dimensions spatiales et sociales, et éclaire la relation entre différentes formes de marginalité, afin de reconstruire le processus de marginalisation de ce groupe, et d’expliquer dans quelle mesure différentes stratégies sont adoptées par les habitants chinois pour s’en sortir.

1. Habiter en sous-location

8La distribution des immigrés chinois dans l’espace urbain, notamment à Paris et en Île-de-France, correspond à celle de la majorité de la population immigrée et, plus généralement, à celle des classes populaires de la société d’accueil. À Paris, les immigrés chinois sont présents principalement dans les Xe, XIe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements, au nord-est de la ville, mais aussi dans le « Triangle de Choisy », quartier asiatique connu du XIIIe arrondissement au sud-est, qui a offert un abri pour les réfugiés d’origine chinoise de l’Asie du Sud-Est à partir de 1974 et qui accueille aujourd’hui une partie des primo-arrivants chinois. En Île-de-France, ils se concentrent dans le département de la Seine-Saint-Denis (93), en particulier dans la banlieue proche, dans les communes d’Aubervilliers, de la Courneuve, de Bobigny et de Bagnolet. Ma recherche se déroule dans un quartier à forte concentration immigrée à Bagnolet.

  • 4 Ibid. p. 13.

9Il est impossible de parler de marginalité sans avoir une vision claire sur deux questions principales : marginalité par rapport à quoi ? Marginalité par rapport à qui ?4 Pour la première question, il s’agit de distinguer la marginalité spatiale et la marginalité sociale, mais aussi d’autres caractéristiques qui rendent les immigrés chinois plus vulnérables et marginaux. La deuxième dimension, « par rapport à qui », implique plusieurs niveaux de discussion : les immigrés chinois en tant que groupe d’étrangers en comparaison avec les Français ; le groupe ethnique chinois en tant que groupe d’immigrés particulier en comparaison avec d’autres groupes ethniques migratoires ; les comparaisons à l’intérieur de la communauté chinoise, un groupe loin d’être homogène.

10Nous n’allons pas rentrer dans une comparaison approfondie entre les sous-locataires qui sont un sous-groupe des immigrés chinois, et un groupe spécifique. « Sous-locataire » désigne soit une personne soit une famille qui est admise dans un espace résidentiel par le locataire officiel, c’est-à-dire la personne / la famille qui signe le contrat de bail avec le propriétaire, avec engagement d’un loyer mensuel. Nous ferons parfois des comparaisons générales avec les immigrés chinois dans des « conditions normales », ou avec les immigrés en situation régulière, mais aussi avec les normes humanitaires sur lesquelles la société d’accueil insiste (par exemple, un logement sanitaire et décent). Plusieurs raisons expliquent l’absence de comparaison plus approfondie. D’un côté, le manque d’étude, tant quantitative que qualitative, sur les immigrés chinois dans une perspective spatiale, rend une comparaison détaillée avec les immigrés des autres ethnies extrêmement difficile. D’un autre côté, les recherches existantes sur l’espace d’habitation chez les immigrés en général se concentrent majoritairement sur les logements sociaux et les foyers. Les sous-locataires chinois, par contre, sont presque toujours des immigrés illégaux dans un environnement extrêmement précaire, en acceptant, par défaut, toutes les contraintes. En outre, ils sont prisonniers du marché de la location privée.

1.1 Un quartier excentré avec une prédominance des Chinois

11Le quartier de l’enquête se trouve dans la ville de Bagnolet, frontalière de Paris à l’ouest, de Montreuil au sud-est, plutôt loin de la Mairie. Il est situé sur une colline, entouré de grandes routes, notamment une autoroute, l’A3. Il n’y a que deux moyens d’accès à ce quartier. On peut traverser le parc départemental Jean Moulin à pied ; selon les enquêtés, on risque d’y rencontrer des problèmes de sécurité, d’agression, de trafic. Ce trajet prend une dizaine de minutes. L’autre option est une ligne de bus qui permet d’arriver près du quartier.

12Le quartier est composé de deux parties : une zone industrielle au nord, qui sépare un ensemble d’habitation au sud par une avenue. La partie d’habitation est composée de deux ensembles de logements, qui sont séparés par des espaces publics (cour de récréation, par exemple) : au nord, on trouve un ensemble d’habitations composé de bâtiments OPH (Offices Publics de l’Habitat) ; au sud, six bâtiments en copropriété sur une dalle constituent le lieu de l’enquête de terrain. Pour y accéder, on doit monter par des escaliers vétustes. En considérant sa position géographique, le quartier se trouve à la marge du reste de la ville, et dans « une situation excentrée » (d’après la description du quartier selon le site officiel de la ville de Bagnolet). Les visiteurs de l’extérieur ont toujours des difficultés pour y accéder lors de leurs premières visites. C’est la raison pour laquelle le quartier enquêté peut être considéré comme « un quartier à l’écart », « aux marges » de Paris et « en marge » de la ville de Bagnolet.

13Quant à la population, il s’agit d’un quartier d’immigrés à distribution démographique mixte, mais avec une prédominance de Chinois. Selon le rapport Diagnostic social effectué lors de la rénovation urbaine dans ce quartier, la proportion des familles françaises dans ce quartier est de 46 %, contre 74 % pour la totalité de la Seine-Saint-Denis. Parmi les 54 % de familles étrangères, presque une moitié, 25 %, sont des ressortissants de l’Asie du Sud-est ; 8 % sont des Africains du Nord ; 7 % sont originaires d’Asie centrale ; 6 % sont originaires de l’Inde. Malgré une population diversifiée, les immigrés chinois représentent une proportion très importante, « 25 % sont originaires d’Asie du Sud-est, principalement de Chine. La plupart des personnes originaires de ce pays viennent d’une région portuaire, le Zhejiang, dont la sous-préfecture est Wenzhou (situé à 400km au sud-ouest de Shanghai) » (Diagnostic social effectué en 2008, p. 6). D’après mes observations et mes enquêtes, la proportion des habitants chinois atteint plus de la moitié des habitants du quartier. En effet, le rapport date de 2008 et se désynchronise de l’évolution de la composition démographique des habitants depuis cinq ans. En outre, il faut mentionner l’existence du phénomène de « sous-location » chez les familles chinoises, c’est-à-dire qu’une famille occupant un appartement officiellement cohabite en fait avec plusieurs familles ou individus de façon non déclarée. Pour cette raison, il est clair que la moitié des habitants du quartier sont des Chinois.

14D’après ce rapport, la plupart des habitants chinois se concentrent dans trois bâtiments (bâtiment 1, 3 et 4) sur les six bâtiments de la dalle, et cette observation est confirmée par l’enquête sur le terrain. Mais les proportions sont différentes : dans le rapport, il y a 42 foyers chinois recensés dans les bâtiments 1, 2 et 3, occupant 29 % de la totalité du recensement (143/193) ; mais les statistiques fournies par observation des boîtes aux lettres montrent que la proportion a évolué : 33 foyers chinois sur les 60 foyers dans le bâtiment 1, 10 sur 36 dans le bâtiment 2 et 39 sur 97 dans le bâtiment 3. Les foyers chinois dans ces trois bâtiments représentent 42 % de l’ensemble des foyers. Pour le bâtiment 4, d’après le rapport, les habitants originaires d’Asie du sud-est représentent 30 %, dont 23 % de Chinois ; aujourd’hui, la proportion de copropriétaires chinois représente un tiers. Selon le rapport, 12 % des habitants du bâtiment 5 et bâtiment 7 sont des Asiatiques, dont la plupart sont Chinois ; ceci correspond à mon observation. La proportion d’habitants chinois est donc assez importante dans ce quartier immigré.

15Des boutiques commerciales sont dispersées au rez-de-dalle des immeubles : il existe deux boutiques au rez-de-dalle du bâtiment 3, dont l’une est une boucherie toujours fermée et dont l’autre est un restaurant chinois tenu par un couple chinois originaire de la province du Fujian. Au rez-de-dalle du bâtiment 4, il y a trois boutiques : une épicerie tenue par un commerçant d’origine égyptienne, ainsi qu’une épicerie connectée à un café, gérée par un couple chinois originaire de Wenzhou. L’année dernière, ce couple a démarré un nouveau commerce : une caisse de transfert d’argent est installée dans le café. Ils ont investi dans cette caisse de transfert en partenariat avec un homme originaire du Fujian au statut de responsable, qui est également un habitant du bâtiment 4. Même si les deux boutiques ne sont pas réservées aux Chinois, elles offrent un espace public qui leur sert de lieu de rencontre et qui facilite les interactions entre les habitants chinois. On ne creusera pas ce thème ici.

1.2 Les images des habitants chinois : une catégorisation incontournable

  • 5 Cette catégorisation n’est pas faite seulement par l’enquêtrice elle-même, elle a été mentionnée pa (...)

16Avant d’entrer dans le phénomène de la sous-location, il est nécessaire de présenter une typologie des habitants chinois. Une telle typologie risque d’être simpliste, mais elle permet de donner une image générale de ce groupe d’immigrés discrets. Les habitants chinois peuvent être classifiés en trois catégories principales selon la région d’origine5 : les immigrés chinois qui viennent de Wenzhou et ses alentours, au sud de la province de Zhejiang ; ceux d’origine de Fuqing et ses alentours, au nord de la province de Fujian ; et les « gens du Nord » (beifang ren). En fait, tous les immigrants en dehors des communautés de Wenzhou ou du Fujian, sont appelés « gens du Nord ». Pourtant, ils sont originaires de différentes régions, comme la ville de Tianjin, la province du Shandong, du Henan ou encore les trois provinces du « Nord-est », ce qui traduit des réalités territoriales et culturelles très différentes. Ainsi, la catégorie de « gens du Nord » est en fait une catégorisation construite par les deux autres groupes, qui exercent un certain pouvoir. La région d’origine a un lien étroit avec la langue parlée, qui explique aussi la concentration des immigrés selon leur ville d’origine : les immigrés de Wenzhou parlent des dialectes semblables et peuvent se comprendre entre eux ; les gens du Fujian parlent un autre dialecte qui est différent de ceux de Wenzhou ; toutes les langues de ces deux régions sont loin du mandarin, la langue parlée par les gens du Nord, avec toutes sortes de nuances selon leur région. En ce sens, les langues parlées créent une frontière au sein des Chinois : elles peuvent exclure de même qu’elles peuvent inviter. Cette frontière s’ouvre ou se ferme selon la volonté ou le besoin des locuteurs. Il faut préciser ici que la création de la frontière de la langue n’est issue que des immigrés de Wenzhou et du Fujian ; les gens « venant du Nord » ne créent pas les conditions d’une telle frontière, dans la mesure où ils parlent des langues similaires au mandarin. Cette différence de langage engendre une relation inégale entre les trois sous-groupes, en particulier pour les « gens du Nord » ; ils se sentent exclus lorsque les deux autres sous-groupes parlent un dialecte en leur présence.

17Les immigrés chinois sont également diversifiés en fonction de leurs statuts administratifs : certains sont naturalisés, certains régularisés, mais une majorité sont sans-papiers. Parmi les ouvriers sans-papiers, les immigrés originaires du Fujian et du nord de la Chine ne sont pas arrivés en France depuis longtemps. Pour cette raison, ils se trouvent souvent en situation irrégulière puisqu’ils ne remplissent pas les conditions de la régularisation au titre de la « vie familiale et privée » (au moins dix ans). On observe également des variations sur différents aspects, tels que la tranche d’âge, la relation historique avec la France, etc.

  • 6 Pour de précisions sur les immigrés du Fujian, voir les travaux de F. Pieke et B. Xiang (2009).

18Au sein de la société française, les immigrés chinois sont majoritairement originaires du Wenzhou ; les immigrés originaires du Fujian sont arrivés entre la fin des années 1990 et le début des années 2000. Ils sont un « nouveau » groupe, mais ce sont des immigrés qui viennent d’une région ayant une forte tradition d’émigration. Depuis la fin du 17e siècle ap. J-C, ils ont commencé à partir vers « l’océan du sud » (Asie du Sud-Est : Philippines, Singapour, Malaisie, etc.) et s’y sont installés ; cette immigration a duré des siècles. A partir des années 1970, avec le durcissement des politiques nationales contre les immigrants chinois, ils ont émigré massivement vers les États-Unis et le Japon ; aujourd’hui, ils vont en Europe, surtout au Royaume-Uni6, et la France devient leur nouvelle destination d’immigration. Pour les gens du Nord-est, comme le Nord-Est de la Chine est limitrophe à la Russie, on y trouve beaucoup d’immigrés chinois originaires de ces trois provinces. Néanmoins, on ne constate pas une forte tradition de migration pour les provinces du Shandong, Tianjin ou Henan, où la mobilité internationale reste encore un phénomène nouveau. Les immigrés de ces endroits sont poussés par la pauvreté qu’ils subissent, et en même temps, attirés par le grand écart du prix de la force de travail manuel entre le pays d’accueil et le pays d’origine.

19Concernant le niveau d’éducation, les Chinois originaires de Wenzhou sont majoritairement issus d’un milieu paysan ; ils sont peu scolarisés et possédaient des petits commerces en Chine. Les immigrés originaires du Fujian viennent des petites villes à proximité immédiate de la campagne. Ils sont également faiblement scolarisés. Les immigrés provenant du Henan ou Shandong sont aussi des paysans ou des gens des petites villes. Ils n’ont pas non plus un niveau d’éducation élevé. Ceux de Tianjin ou du Nord-est viennent souvent des grandes villes. Anciens travailleurs des grandes usines d’État, ils ont ensuite perdu leur emploi lors de la réforme économique des entreprises étatiques à la fin des années 1980 et au début des années 1990. En ce qui concerne la répartition par sexes de la population, on note un équilibre relatif des sexes parmi les immigrés originaires de Wenzhou ; chez les gens du Fujian, on constate une prédominance des hommes isolés ; chez les gens venant du nord, il y a une majorité d’hommes, mais aussi un grand nombre de femmes. En ce qui concerne l’âge, les immigrés de Wenzhou se trouvent sur le spectre de l’âge qui ressemble à celui présentent des caractéristiques à peu près similaires à celles des gens du Fujian : une majorité entrent dans la tranche des 20-40 ans ; par contre, les gens du Nord sont plus âgés que les deux autres groupes (entre 40–60 ans). Leurs familles étant restées en Chine, ils n’ont pas l’intention de séjourner en France définitivement.

1.3 Dapu : la sous-location précaire

  • 7 Entretien avec le directeur du centre municipal social et culturel du quartier le 4 avril 2013.

20Dans le quartier de la Noue, « l’accès est relativement facile pour les résidents chinois »7. Certains habitants chinois y sont accueillis par leurs amis ou leurs familles dès leur arrivée, et ils s’y installent à leur tour. De nouveaux arrivants, y compris issus d’autres groupes ethniques comme les Mongols ou les Bangladais, cherchent une location ou une sous-location chez les Chinois. Néanmoins, cette « stabilité » est moins évidente qu’elle ne le paraît en tenant compte du « turnover » fréquent des habitants chinois dans les différents bâtiments du quartier. En outre, cet « accès relativement facile » les amène souvent à la sous-location : Dapu en chinois constitue un type d’habitation fréquemment pratiqué dans le quartier.

  • 8 T4 peut aussi être appelé F4 ou quatre pièces. Il fait référence à un bien composé de quatre pièces (...)

21Les types d’appartement prédominants dans la Noue, des T3 (36 %) et des T48 (31 %), fournissent l’agencement architectural adapté au dapu. En raison de la taille importante des appartements et de la taille limitée des familles chinoises (moins de trois enfants), un grand nombre de ces familles locataires d’un tel type d’appartement vont sous-louer leurs chambres libres à d’autres personnes. Cette sous-location est appelée dapu dans le vocabulaire des immigrés chinois. Dapu signifie littéralement « improviser un lit ». Ce mot peut être employé comme un nom mais surtout comme un verbe : « Je dapu chez quelqu’un ».

22Dapu désigne stricto sensu la colocation de plusieurs personnes dans une seule chambre, chaque personne ne dispose que d’un lit, une situation qui correspond à l’expression de marchand de sommeil en français. Cependant, chez les habitants chinois, ce terme porte un sens plus généralisé qui correspond à la sous-location. Dans la situation la plus générale, c’est un locataire officiel qui sous-loue une chambre à quelqu’un d’autre en échange d’un loyer. C’est pour cette raison que la plupart des cas relèvent de la sous-location.

23Le dapu prend trois formes. La première est une chambre individuelle, la baojian (chambre privée), qui coûte 300 euros par mois. Il y a aussi une forme particulière de baojian, qui, malgré son nom, n’est qu’une chambrette adaptée à partir d’un cagibi d’une taille inférieure à quatre ou cinq mètres carrés. Ces chambrettes ne coûtent que 120-150 euros par mois. La deuxième forme est représentée par la collocation avec une autre personne, chaque lit étant isolé par des rideaux autour. Cette sorte de logement coûte 150 euros par mois. La troisième forme s’appelle chuangwei (espace de couchage). Une chambre contient 8–12 lits, dont chacun coûte quelques dizaines d’euros (jusqu’à 100 euros). Dans le quartier de l’enquête, on ne rencontre que très rarement des cas de la troisième forme.

24Curieusement, ceux qui pratiquent le dapu appellent leur bailleur « propriétaire », même s’il n’est pas propriétaire du logement. Cela a provoqué des confusions au début de mon enquête. En fait, les sous-locataires s’engagent en général seulement au paiement régulier du loyer ; ils ont peu de contact avec le véritable propriétaire. Le locataire officiel recueille les loyers de chaque sous-locataire chaque mois, et paye lui-même un loyer au « vrai » propriétaire. Les frais d’eau, d’électricité et d’internet sont compris dans le loyer. L’eau est comprise dans les charges ; l’électricité et la connexion réseau sont aux frais du locataire officiel. La cuisine et la salle d’eau sont des espaces communs. Le locataire officiel a son propre nom sur la facture EDF et sur la boîte aux lettres : ce n’est pas le cas pour les sous-locataires. Leurs noms n’apparaissent jamais sur les pièces justificatives de domicile comme la facture EDF, ni sur la boîte aux lettres – tout cela les entraîne dans une situation délicate, surtout quand on leur demande les pièces justificatives de domicile, le document le plus demandé lorsqu’on entame une démarche administrative. Ainsi, ces sous-locataires deviennent des habitants « invisibles » du quartier : ils y vivent mais « n’existent » pas légalement. On y reviendra dans les paragraphes suivants.

25La motivation des locataires officiels est d’éviter de payer cher ses loyers. Ceci est visible dans deux aspects :

261) L’espace sous-loué relève souvent d’un espace peu convenable à l’habitation humaine. Les cagibis convertis sont étroits, sans fenêtre, et se situent parfois dans la cuisine (voir le plan 3).

272) Les chambres louées sont majoritairement modifiées. Par exemple, la famille-bailleur occupe la salle de séjour, c’est-à-dire la pièce la plus grande de l’appartement, tandis que le reste de l’espace est « converti ». La salle de séjour est parfois aussi divisée en deux pièces. La famille-bailleur occupe la moitié de la salle de séjour en posant une séparation afin d’avoir plus d’espace à sous-louer. Pour conclure, le type précis de la modification varie en fonction de la structure de l’appartement, du besoin spatial de la famille-bailleur et de leur degré de besoin économique. Par exemple, pour minimiser leurs dépenses de loyer, un couple avec deux enfants qui loue un appartement de trois pièces cohabite avec quatre autres adultes dans un même logement (Plan 2).

28Par conséquent, les sous-locataires ne disposent pas de salle de séjour. Leur activités à l’intérieur – manger, dormir, se divertir – se déroulent donc principalement dans leur propre chambre. Ainsi, il y a peu d’interaction entre les différents sous-locataires d’un appartement.

2. Qui sont les bailleurs, qui sont les sous-locataires ?

29Une fois sur le terrain, on constate très vite que les propriétaires officiels et les bailleurs sont majoritairement originaires de Wenzhou ; par contre, les sous-locataires sont des immigrés venant d’autres régions. La différence entre les deux groupes (Wenzhou/non-Wenzhou) est si grande que la région d’origine semble constituer le principal facteur d’inégalité entre ces groupes. Or, selon les entretiens et les observations de l’enquête, cette différence s’explique plutôt par deux éléments : le réseau intracommunautaire des migrants de Wenzhou, ainsi que la situation familiale des migrants.

2.1 Le réseau intracommunautaire

30Les immigrés de Wenzhou ont une longue histoire migratoire en France. À partir des années 1930, ils apparaissaient sur le territoire français ; la vague massive de migration a commencé dans les années 1970. Ils arrivent en famille. Par un effet de réseau, il arrive parfois que la majorité des habitants d’un village émigre, laissant les plus jeunes et les plus âgés dans un village presque vide.

31L’accumulation des réseaux sociaux et du capital social à travers des années de construction communautaire, surtout dans l’emploi, le logement et l’aide aux démarches administratives, leur a accordé certains avantages par rapport aux autres immigrés chinois : d’abord, comme ils sont arrivés en France plus tôt, ils y ont séjourné plus longtemps ; ensuite, ils possèdent déjà un réseau social cohérent, dont une partie vient des liens du sang ou du lieu d’origine et une autre partie vient de nouveaux liens tissés dans la société d’accueil. Ils utilisent les informations et les services qui circulent dans ces réseaux pour s’adapter à l’environnement social et culturel de la société d’immigration, c’est-à-dire que dans la dynamique d’ajustement à la société d’accueil, ils maintiennent certains modes de communication et d’interaction acquis dans leur ancienne région. Par exemple, plusieurs enquêtés chinois, surtout ceux de Wenzhou, habitent dans ce quartier parce que leurs frères ou sœurs aînés y habitaient ou y habitent actuellement. A l’inverse, les nouveaux arrivants, tels que les gens du Fujian ou du Nord, ont démarré leur trajectoire d’immigration après les années 2000. Actuellement, ils n’ont pas encore structuré leur propre réseau à partir de liens avec des individus de la province d’origine ou de liens familiaux. Généralement, ils cherchent des informations et des services (emploi, logement, etc.) dans les réseaux établis par les anciens migrants.

32On constate que ces nouveaux migrants possèdent néanmoins une sorte de réseau social dans la débrouillardise précaire. Dès qu’ils arrivent en France, leurs amis (qui viennent souvent de la même ville) les accueillent, les amènent dans un logement de dapu arrangé : plusieurs enquêtés se logent dans ce quartier depuis leur arrivée et y habitent encore. Mais leur réseau n’est pas aussi développé que celui des immigrés de Wenzhou et n’apporte pas beaucoup d’information.

33Il faut préciser que les réseaux communautaires construits par les anciens immigrés ne sont pas fermés, au contraire, ils restent ouverts mais il faut « acheter » l’information et les services. Certains immigrés provenant d’anciennes vagues d’immigration tirent profit des expériences et des ressources qu’ils possèdent, en les vendant aux nouveaux arrivants de toutes origines, surtout au moment où ces derniers entrent en contact avec la société d’accueil et où ils sont particulièrement vulnérables. Ils leur fournissent des services tels que le contact avec des agences immobilières, le transfert d’argent, la traduction, l’accompagnement, les services d’écriture, la formation linguistique, la domiciliation, l’aide à la déclaration des revenus, etc. Ces activités sont rentables. Par exemple, pour un Chinois qui cherche un logement, il est relativement facile d’obtenir des informations, mais pour accéder à ce logement, il faut accepter des conditions parfois extrêmement exigeantes : en plus des honoraires (zhongjie fei), il existe également des frais de signature (xiezi fei) qui varient entre 100 et 200 euros, et des frais de contribution aux dépenses de la location officielle (dingfei) pouvant compter de quelques centaines d’euros à des milliers d’euros. L’apparente solidarité de la communauté chinoise coûte en fait souvent cher.

2.2 La situation familiale

34Un second facteur influence le phénomène de sous-location : la forme de dapu est décidée par le statut familial. Les bailleurs, en général originaires de Wenzhou, sont soit des immigrés en famille, soit mariés vivant en France avec leurs enfants. En effet, l’immigration de Wenzhou comporte une forte prédominance familiale. Au contraire, l’immigration isolée ou en couple sans enfants est fréquente chez les Fujianais et les « gens du Nord », mais rare chez les Wenzhous.

35Les gens de Wenzhou sont bailleurs non seulement parce qu’ils sont de Wenzhou, mais aussi parce qu’ils sont en famille. En fait, les gens de Wenzhou, s’ils ne vivent pas en famille, choisissent eux aussi très souvent un logement sous forme de dapu. Ceci n’a rien de surprenant : seule une unité familiale a le besoin et la capacité pour obtenir un logement de grande taille.

36Une comparaison entre deux sous-groupes d’immigrés, entre les immigrés de Wenzhou et ceux d’autres provenances régionales, permet de comprendre la différence de choix entre une famille et un individu. On soulignera l’impact différencié de la situation familiale des migrants chinois sur la trajectoire migratoire, sur les stratégies économiques et sur leur projet d’avenir :

371) L’influence de la situation familiale sur la trajectoire migratoire. La situation familiale comporte deux éléments : premièrement, l’état civil, c’est-à-dire s’il s’agit d’un immigré seul ou en famille ; deuxièmement, si la famille a des enfants, notamment des enfants scolarisés. Ce dernier élément joue un rôle important dans la famille de ces immigrés. D’après la politique d’immigration et d’intégration en France, une famille ayant des enfants scolarisés est prioritaire pour la demande de régularisation, à condition que le séjour en France dure depuis au moins cinq ans, et avec des enfants scolarisés à l’école française depuis au moins trois ans. Les immigrés isolés ou les couples sans enfants doivent attendre au moins dix ans pour tenter leur chance à la préfecture et leur demande a davantage de risques d’être refusée. Malgré l’existence d’un petit groupe d’immigrés seuls, la plupart des immigrés originaires de Wenzhou vivent en France en famille. Les immigrés qui vivent seuls, tels que les gens du Fujian ou du Nord, affrontent plus systématiquement l’exclusion institutionnelle : plus de risque d’être rapatriés, une régularisation plus difficile, etc.

  • 9 Je n’ai pas pris en compte ici le groupe des commerçants chinois, dont une grande partie s’investit (...)
  • 10 Les immigrés chinois recevaient, de temps en temps, de l’argent ou des colis de la Chine, avec des (...)
  • 11 Cette « rémittence » est utilisée souvent à l’éducation des enfants, à l’achat ou à la construction (...)

382) Différents montants de fonds envoyés au pays d’origine. Concernant les gens de Wenzhou, comme leurs familles habitent entièrement en France, et que tous leurs liens sociaux ont été transférés dans la société française, ils dépensent ce qu’ils gagnent dans le pays d’installation, où ils vivent et où ils consomment9. Au début de leur immigration, ils recevaient des aides économiques de la famille restée en Chine10, pour financer leur vie en France. Au contraire, comme les nouveaux arrivants isolés ont toujours une famille en Chine à prendre en charge, ils se sentent obligés de transférer la majeure partie de leurs revenus vers la Chine11, et vivent une vie très simple dans le pays d’accueil. Tous leurs besoins, surtout les dépenses en matière d’habitat, se limitent à un degré minimal.

393) Des attentes différentes concernant l’avenir et le projet migratoire. Comme le groupe d’habitants originaires de Wenzhou envisage de s’installer définitivement en France, tout le contenu de leur vie se déroule dans le contexte de la société française.

40On constate deux cas de figures différents parmi les immigrés du Fujian. Le premier est un groupe de jeunes immigrés célibataires qui ont l’intention de former une famille en France et de s’y installer ; le deuxième groupe comporte des hommes isolés qui envoient la plupart de leur argent à leurs familles restées en Chine, et comptent les rejoindre « après avoir gagné assez d’argent ».

41Quant aux gens du Nord, la plupart n’ont pas le projet de rester définitivement en France. Leur rapport à l’avenir a un effet immédiat, au début de l’immigration, sur leur investissement dans la société d’accueil, et ensuite, sur l’évolution de leur trajectoire migratoire.

42Pour conclure, les différents statuts familiaux ont conduit à différentes attentes migratoires, et les ont conduit vers différents choix ; ces choix sont à la fois contraints par la politique migratoire de l’État en même temps qu’ils la renforcent par la discrétion des migrants.

3. La marginalité des sous-locataires chinois

43A partir de l’analyse ci-dessus, on constate que les « sous-locataires » du quartier sont un groupe d’immigrés qui cumule plusieurs types de marginalités : marginalité spatiale (habiter dans un quartier d’immigrés en banlieue), juridique (immigrés clandestins), économique (travail au noir, travail précaire), sociale (à la marge de la société dominante, en bas de la hiérarchie sociale, ou même « invisibles » pour la société d’accueil, à cause de la barrière linguistique et de l’exclusion spatiale). Mais la plus importante forme de marginalité est la sous-location elle-même. En tant que stratégie d’action sous contrainte de la situation de l’immigrant lui-même, elle est une représentation de son statut socio-économique sous la forme de l’espace résidentiel, mais elle agit aussi sur le statut socio-économique en perpétuant des formes plus conventionnelles de marginalité.

44Dans un système d’administration bureaucratique de la migration, fonctionnant à partir de documents et de « papiers », la manière d’habiter des sous-locataires renforce leur marginalité cumulée dans d’autres aspects de la vie migratoire. Comme on l’a mentionné précédemment, logés chez les autres sous forme de sous-location, les sous-locataires ne peuvent obtenir aucun justificatif de leur présence dans cet appartement. Et, pourtant, une adresse valide pèse énormément dans la vie des immigrés en France, surtout lors de leurs contacts avec les institutions publiques ou privées, telles que l’ouverture d’un compte en banque, l’inscription à l’école, la demande d’aide médicale de l’État (AME), la demande d’une carte « solidarité-transport », ou toute démarche à la préfecture.

45A cause du manque d’une adresse, certains sous-locataires ne parviennent pas à demander la carte médicale, voire déclarer leurs ressources annuelles. Or l’aide médicale d’État et l’avis d’imposition sont les deux documents les plus importants pour constituer un dossier de demande de régularisation. Si l’absence de ces documents ne casse pas complètement l’espoir des immigrés d’être régularisés, elle prolonge, malgré tout, la période d’attente, et entraîne ces sous-locataires dans une situation précaire, vulnérable, extrêmement marginale, dans un cercle vicieux.

  • 12 Entretien sur messagerie instantanée avec Nicolas le 15 mars.

46Cette situation est clairement illustrée par l’exemple de Nicholas, immigrant célibataire provenant de Wenzhou. Il vit dans le bâtiment 4, et se logeait aussi avant dans le bâtiment 7. Son logement est instable. Les déménagements sont fréquents, mais il reste dans le même quartier. Depuis son arrivée en France dans les années 1990 (lui-même ignore l’année exacte), il pratique le dapu. Au sujet du logement, il pense qu’il est « bien sûr mieux de louer [soi]-même », mais il a « peur que ceci dépasse [ses] moyens », comme « de toute manière on ne peut pas avoir un emploi stable sans le titre de séjour ». Cela fait 11 ans qu’il ne dispose pas d’adresse pour demander l’AME et déclarer ses revenus. La régularisation est donc impossible. Au sujet de l’avenir, il pense que tout est « une complète perte de temps ». Il a « compté rentrer, mais des parents [l]’ont empêché de le faire. » Il a « presque perdu la patience pour ce qu’est la France » : « Je regarde devant moi et il n’y a que des ténèbres »12.

47Dans ce cas, on peut affirmer qu’au début, la marginalité spatiale n’est qu’une représentation/projection concrète de la marginalité socio-économique dans l’espace urbain, mais la marginalité spatiale, à son tour, renforce d’autres caractéristiques de marginalité. Ainsi, les sous-locataires chinois deviennent un groupe d’immigrés « présents » dans la société française mais en restant « invisibles ».

48En tant que groupe d’immigrés cumulant plusieurs marginalités, ils s’orientent, en général, vers les réseaux ethniques pour trouver des ressources et des soutiens, à cause de la barrière linguistique et du manque d’un statut légal. Néanmoins, les ressources ou les soutiens possibles sont assez restreints. Les réseaux ethniques ne sont pas fermés pour autant. Mais la cause de ce manque de ressources est bien l’économie de niche, informelle, du dapu, ou encore d’autres services payants, engagés par la communauté chinoise. Cette niche économique se prolonge même dans le travail. Pour sortir de cette économie de niche, les migrants chinois qui cherchent des solutions possibles dans les réseaux ethniques peuvent parfois acquérir une plus grande autonomie : ils paient une compatriote ou une association (les associations sont informées par les compatriotes) pour réaliser une domiciliation. Une deuxième voie de sortie de l’invisibilité est l’aide trouvée en dehors de la communauté. Avec l’intervention du centre municipal du quartier ainsi qu’avec l’aide de l’enquêtrice, certains habitants chinois commencent à demander leur domiciliation au Centre communal d’action sociale (CCAS), un service gratuit offert par la mairie de Bagnolet pour les habitants sans domicile fixe.

4. Conclusion

49Contraints par leurs ressources financières et leur statut irrégulier, les immigrés chinois ont quand même accès, voire un accès facile au logement, avec l’aide de liens sociaux communautaires. Mais cette facilité d’accès les mène souvent à la sous-location, un type d’habitation qui ne leur permet pas d’obtenir des droits sociaux, ni des justificatifs ; cette situation mettent ces sous-locataires, souvent en situation irrégulière, dans une marginalité sociale extrême.

50En comparant trois sous-groupes d’immigrés chinois : les immigrés venant de Wenzhou, ceux du Fujian et ceux du Nord, nous avons pu comprendre la logique de leurs différents choix de logement : la structure familiale, et non la ville d’origine, pèse le plus dans la stratégie d’habitat. L’espoir d’être régularisé, dans le futur, joue également un rôle important dans ce choix du type de logement, sous l’influence de la politique migratoire qui favorise les immigrants en famille, et exclut les immigrés isolés.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GREEN Nancy, OZTURK Kenan et al. (1987), Les rapports habitat/travail dans l’industrie de l’habillement à Paris et dans sa banlieue, Paris : PCH.

GUILLON Michelle, TABOADA-LEONETTI Isabelle (1986), Le triangle de Choisy. Un quartier chinois à Paris, Paris : Editions L’Harmattan /CIEMI,.

MA MUNG Emmanuel, GUILLON Michelle (1986), « Les commerçants étrangers dans l’agglomération parisienne », Revue européenne des migrations Internationales, vol. 2, n° 2, p. 105-134.

PIEKE Frank N. et al. (2004), Transnational Chinese : Fujianese migrants in Europe, California : Standford University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PIEKE Frank N., XIANG Biao (2009), « Les Chinois au Royaume-uni, ou l’illusion de l’immigration chinoise », Critique internationale, n° 45, p. 97-117.
DOI : 10.3917/crii.045.0097

RAULIN Anne (1988), « Espaces marchandes et concentrations urbaines minoritaires, la petite Asie de Paris », Cahiers internationaux de sociologie, vol LXXXV, p. 225-241.

SAFI Mirna (2009), « La dimension spatiale de l’intégration : évolution de la ségrégation des populations immigrés en France », Revue française de sociologie, vol. 50, n° 3, p. 521-552.

SIMON Patrick (1992), « Belleville, un quartier d’intégration », Migrations Société, vol. 4, n° 19, janvier-février, p. 45-68.

SIMON Patrick (1993), « Les quartiers d’immigration : ports de première entrée ou espaces de sédentarisation ? L’exemple de Belleville », Espace, Populations, Sociétés : La population française dans son espace, vol. 2, p. 379-388.

SIMON Patrick (1999), « Les politiques de l’habitat et les immigrés », Cahiers de l’URMIS, vol. 5, p. 59-68.

VANT André (sous la responsabilité de), (1986), Marginalité sociale, marginalité spatiale : colloque des 6, 7, 8 juin tenu à l’université de Lyon II, Paris, CNRS.

VILLANOVA (de) Roselyne, BEKKAR Rabia (collab.), (1994), Immigration et espaces habités : bilan bibliographique des travaux en France, 1970-1992, Paris, CIEMI / L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Il existe néanmoins une exception concernant deux groupes professionnels, les commerçants chinois et les prostituées chinoises.

2 Voir le site du HCI : http://www.hci.gouv.fr/-Mots-de-l-integration-.html

3 A. Vant (sous la responsabilité de), Marginalité sociale, marginalité spatiale : colloque des 6, 7, 8 juin tenu à l’université de Lyon II, Paris, CNRS, 1986, p. 7.

4 Ibid. p. 13.

5 Cette catégorisation n’est pas faite seulement par l’enquêtrice elle-même, elle a été mentionnée par les habitants chinois lors des entretiens. Il est intéressant de voir que les « gens du Nord » connaissent cette catégorisation et ne la préfèrent pas, en insistant sur les différences parmi les « gens du Nord ».

6 Pour de précisions sur les immigrés du Fujian, voir les travaux de F. Pieke et B. Xiang (2009).

7 Entretien avec le directeur du centre municipal social et culturel du quartier le 4 avril 2013.

8 T4 peut aussi être appelé F4 ou quatre pièces. Il fait référence à un bien composé de quatre pièces : une pièce principale contenant le salon, trois chambres séparées, en ajoutant une salle de bain, une cuisine et des toilettes. Les T4 comprennent une pièce en plus que les T3.

9 Je n’ai pas pris en compte ici le groupe des commerçants chinois, dont une grande partie s’investit en Chine, ou fait de l’import-export entre la Chine et la France, tel que les grossistes chinois à Aubervilliers.

10 Les immigrés chinois recevaient, de temps en temps, de l’argent ou des colis de la Chine, avec des vêtements, des chaussures et des nourritures dedans.

11 Cette « rémittence » est utilisée souvent à l’éducation des enfants, à l’achat ou à la construction du logement, ainsi qu’aux dépenses de mariage de leurs descendants majeurs (surtout les fils).

12 Entretien sur messagerie instantanée avec Nicolas le 15 mars.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://urmis.revues.org/docannexe/image/1268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://urmis.revues.org/docannexe/image/1268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Plan 1
URL http://urmis.revues.org/docannexe/image/1268/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Titre Plan 2
URL http://urmis.revues.org/docannexe/image/1268/img-4.png
Fichier image/png, 36k
Titre Plan 3
URL http://urmis.revues.org/docannexe/image/1268/img-5.png
Fichier image/png, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Du, « Habiter entre marginalité et invisibilité : les immigrés chinois en sous-location en banlieue parisienne », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 15 | juillet 2014, mis en ligne le 10 juillet 2014, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://urmis.revues.org/1268

Haut de page

Auteur

Juan Du

Doctorante
Unité de recherches Migrations et société, URMIS, Université Paris Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers de l’Urmis sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org