Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les membres du comité de rédaction de la revue Les Cahiers de l’Urmis tiennent à rendre hommage à leur ancienne rédactrice en chef, décédée le 29 juin 2005. Isabel Taboada-Leonetti, était chercheure au CNRS et membre fondatrice de l’unité de recherche « migrations et société » (Urmis-Soliis).

2Après des études de psychologie sociale et de sociologie, elle a commencé sa carrière dans l'Équipe de recherche sur la main d'œuvre immigrée (ERSMOI), devenue ensuite Equipe de recherche sur l’immigration (ERMI), dirigée par Dominique Lahalle, au Centre d'études sociologiques. Elle a fortement contribué à sortir la recherche sur les migrations et les relations interethniques de la marginalité où la tenaient alors les institutions académiques. Sans doute marquée par la trajectoire de son père, militant antifranquiste réfugié en France, elle s’est toujours intéressée au devenir des personnes ayant quitté leur pays. Refusant de s’enfermer dans des positions figées, elle a multiplié les approches thématiques et méthodologiques, de l’enquête empirique à l’interprétation théorique, des méthodes qualitatives aux méthodes quantitatives. Ses recherches, souvent pionnières, ont notamment porté sur les migrants réunionnais, les femmes immigrées, les relations interethniques dans l'espace public, les stratégies identitaires et d'insertion, la désinsertion sociale et les cultures en mouvement…

3Son apport original et son implication dans les débats scientifiques nationaux et internationaux ont joué un rôle essentiel dans la création de l’Urmis, laboratoire au sein duquel elle a occupé de multiples fonctions, et plus largement, dans l'émergence de notre communauté scientifique.

4Surmontant sa réserve naturelle, elle a su initier et animer nombre d'activités collectives. Elle était notamment très attachée à une véritable diffusion des connaissances (séminaires, publications,…) et a consacré beaucoup d’énergie au développement des Cahiers de l’Urmis. Son implication personnelle, sa qualité d'écoute et la pertinence de ses interventions ont largement contribué à la qualité et à la convivialité des échanges au sein de l’équipe de rédaction. Au cours des nombreux contacts qu'elle a entretenus en France comme à l'étranger, elle a su développer des partenariats et des collaborations et des qui portent la marque de sa remarquable ouverture d'esprit.

5Profondément universaliste, elle était extrêmement sensible aux formations et expressions identitaires, qu’elle mettait en rapport avec les évolutions de la société française, renouvelée par l’apport de l’immigration et la transnationalisation. C’est dans la perspective d’une ouverture aux mutations de la citoyenneté dans le monde contemporain qu’elle a organisé un débat entre Jürgen Habermas, Alain Touraine et Dominique Schnapper sur la nation, l’Europe et la démocratie qui a fait l’objet de l’un de nos Cahiers, qu’elle a préfacé (n° 7, juin 2001)

6Tous les collègues qui ont contribué avec Isabel aux Cahiers de l’Urmis savent ce que lui doivent tous les numéros publiés, qui sont un témoignage indélébile de la qualité de son travail. Ils veulent rendre hommage à ses immenses qualités et gardent un souvenir chaleureux de sa profonde humanité et de l'œuvre intellectuelle de celle qui restera leur amie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Hommage à Isabel Taboada-Leonetti », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 10-11 | décembre 2006, mis en ligne le 11 décembre 2006, consulté le 18 août 2017. URL : http://urmis.revues.org/258

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers de l’Urmis sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org