Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La Fédération Sciences Sociales Suds (F3S) rassemble quatre laboratoires pluridisciplinaires ; le CEPED (université Paris Descartes), le CESSMA (université Paris Diderot), le CREDA (université Sorbonne Nouvelle) et l’URMIS (université Paris Diderot). Créée dans le cadre du PRES Sorbonne Paris Cité, cette fédération a pour but de valoriser des recherches qui alimentent la réflexion autour des processus sociaux liés à la mondialisation. C’est dans ce cadre que s’est tenue la première édition du CODOFE, le colloque doctoral de la Fédération, les 11 et 12 décembre 2014 à l’Université Paris Diderot.

2L’appel à communications du colloque proposait d’analyser plusieurs thèmes autour des « circulations à contre courants », problématique fédératrice qui met en valeur la pluridisciplinarité des quatre laboratoires de l’université Sorbonne Paris Cité engagés dans la Fédération. En proposant ce thème, nous souhaitions faire émerger des réflexions sur la manière dont l’étude des mobilités, telle qu’elle est envisagée par les jeunes chercheurs, permet de définir de nouvelles clés de lecture de la mondialisation. L’objectif était d’interroger les circulations en déconstruisant les dichotomies habituelles (Nord-Sud, centre-périphérie, pays développés / en développement) pour donner à voir une nouvelle carte de la mondialisation, et ce à travers trois axes d’analyse : mobilités et circulations de personnes ; circulations de pratiques et d’objets culturels ; et circulations de savoirs.

3Le comité d’organisation était composé de Luciana Araujo de Paula, Valentine Becquet, Victoire Chalin, Elodie Grossi, Pauline Monginot, Erika Pereira de Almeida, Manuel Rodriguez Barriga, Ranèse Tchamba Ngotom, Niandou Touré, toutes et tous doctorantes et doctorants inscrits dans les laboratoires de la Fédération.

4Nous avons reçu pour cette journée vingt-cinq propositions de communications, émanant de docteurs et jeunes chercheurs venant d’horizons divers, d’universités et groupes de recherche en France mais aussi à l’étranger : l’université Paris Diderot, l’université Paris Descartes, l’EHESS, l’ENS Cachan, l’université Paris Sorbonne Nouvelle, l’université Vincennes Saint-Denis, l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, l’université Paris-Sorbonne, l’INALCO, l’université de Toulouse Jean Jaurès, l’université Lyon Jean Moulin, l’université de Provence. Ainsi que l’université de Maroua (Cameroun), l’université Libre de Bruxelles (Belgique), the Makerere University à Kampala (Ouganda), l’université libanaise de Beyrouth (Liban) et l’université de Sao Paolo (Brésil).

5Le comité scientifique était composé d’Olivier Compagnon (directeur de recherche, IHEAL, université Paris Sorbonne Nouvelle), Sylvie Fanchette (chargée de recherche, CEPED, IRD), Etienne Gérard (directeur de recherche, CEPED, IRD), Cynthia Ghorra–Gobin (directrice de recherche, IHEAL, université Paris Sorbonne Nouvelle), Odile Hoffmann (directrice de recherche, URMIS, IRD), Aurélia Michel (maître de conférences, CESSMA, université Paris-Diderot), Carola Mick (maître de conférences, CEPED, université Paris Descartes), Amandine Spire (maître de conférence, CESSMA, université Paris-Diderot), Dominique Vidal (professeur, URMIS, université Paris-Diderot). Nous tenons à les remercier pour leur engagement dans la Fédération et pour leur soutien à ce projet.

6Le comité scientifique a effectué une sélection des propositions les plus opportunes au regard des différents axes envisagés dans l’appel à communications. A l’issue du processus de sélection, quinze communications ont été retenues, dont les analyses, toujours pertinentes, contribuèrent à témoigner de la diversité des approches et des méthodologies sur le thème donné.

7Nous remercions les membres du comité éditorial (Sylvie Fanchette, Carola Mick) pour avoir rédigé les rapports sur les différentes versions des articles, ainsi que Laurent Faret, d’avoir accepté de relire une partie de ce numéro avant la publication. Nous remercions également les deux directrices de la publication, Elodie Grossi et Pauline Monginot, qui ont accepté de prendre en charge la suite du projet, dont la sélection des articles, le travail d’édition, et la rédaction de l’introduction à ce numéro.

8Nous sommes reconnaissants à l’université Paris Diderot qui a accepté de nous prêter ses locaux dans le cadre de ce colloque.

9Enfin, nous souhaitons souligner que l’organisation de ce colloque n’était qu’une première édition d’une démarche que nous souhaitons voir se pérenniser. Les horizons scientifiques ne manquent pas pour mêler à nouveau la pluridisciplinarité et les regards sur les Suds.

Le comité d’organisation du colloque doctoral CODOFE 2014 :

Luciana Araujo de Paula
Valentine Becquet
Victoire Chalin
Elodie Grossi
Pauline Monginot
Erika Pereira de Almeida
Manuel Rodriguez Barriga
Ranèse Tchamba Ngotom
Niandou Touré

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Préface CODOFE », Cahiers de l’Urmis [En ligne], 16 | juillet 2016, mis en ligne le 12 juillet 2016, consulté le 24 février 2017. URL : http://urmis.revues.org/1384

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers de l’Urmis sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org